LA GUERRE DES CLANS RPG : Le Forum des Passionnés Forum Index
LA GUERRE DES CLANS RPG : Le Forum des Passionnés Forum IndexFAQSearchRegisterLog in

Nos Partenaires
 
 

TopSites : Cliquez pour voter !
 
top site velusia
 
Harcèlement des transports [court témoignage] - TERMINÉ

 
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    LA GUERRE DES CLANS RPG : Le Forum des Passionnés Forum Index -> Autres -> Les Archives -> Archives des Histoires
Previous topic :: Next topic  
Author Message
North
Non-RPGistes

Offline

Joined: 16 Aug 2013
Posts: 9,788
Localisation: J'fais parti(e) de ceux qui n'ont pas d'idées originales de localisation, alors voilà.
Points de RP: 406
Autre(s): blep

PostPosted: Mon 3 Oct 2016, 16:10    Post subject: Harcèlement des transports [court témoignage] - TERMINÉ Reply with quote

PublicitéSupprimer les publicités ?
J'aurai aimé ne jamais avoir à publier ce témoignage. Mais ce qui s'est passé aujourd'hui, me pousse à le faire.


HARCELEMENT SEXISTE ET SEXUEL
DANS LES TRANSPORTS EN COMMUN


Je m'appelle Marine, j'ai 17 ans. Je suis une Lycéenne qui s'habille normalement, sans vulgarité. Aujourd'hui, je suis habillée d'un tee-shirt noir et d'un jean bleu foncé. J'ai un gilet noir et un foulard autour du cou. Mes cheveux sont détachés et j'ai une rose dans ces derniers. Je suis légèrement maquillée. Rien de bien méchant. Mais ça ne m'a pas empêché de me faire harceler.


------------------------------
CHAPITRE I


On m’a toujours dit : « si un jour, tu vois quelqu’un se faire agresser, que ce soit dans la rue ou dans les transports en commun, interviens. Appelle la police, préviens quelqu’un, appelle du renfort. Mais ne reste pas sans rien faire. » Pour moi, cela semble évident d’agir devant la détresse de quelqu’un. C’est quelque chose de naturel, que tout le monde devrait être capable de faire. Je sais, personnellement, que si un jour je venais à être témointe d’une scène de violence, je ne resterai pas sans réagir. Cela en viendrait à être de la non-assistance à personne en danger, et je refuse de voir les gens souffrir, même ceux qui me sont inconnus.

Alors quand j’ai vu des campagnes publicitaires et des vidéos, visant à sensibiliser les gens sur le harcèlement sexuel et sexiste dans les transports en commun, je me suis sentie touchée. Je n’imaginais pas ce que ces femmes pouvaient endurer ou avoir enduré, étant donné que je n’avais jamais vécu cela. Mais nous étions au 21ème siècle, et pour moi, ce genre de choses ne devrait même plus exister. C’est vrai, comment les femmes pouvaient-elles encore être victime de harcèlement sexuel ? C’était quelque chose d’inconcevable, qui me répugnait. Juste parce qu’une femme va s’habiller avec une jupe un peu courte ou avec des talons hauts, elle risquera d’être harcelée. Notre façon de nous habiller justifie-t-elle le viol, le harcèlement ? Non. En aucun cas.

Quand je regardais toutes ces publicités et ces vidéos, je me disais que ça n’arrivait qu’aux autres. Et qu’étant donné que je m’habillais de façon très sobre, je ne risquais rien. Je vivais dans l’insouciance et dans la certitude que cela ne m’arriverait jamais. Mais c’est fou à quel point l’on peut parfois se tromper, pas vrai ?
Ce n’est pas parce que vous n’êtes pas maquillées (ou très peu), que vous portez des bottes, un jean et un tee-shirt sans décolleté, que vous serez épargnées du harcèlement sexuel. Rien ne vous protège de ces pourritures qui se croient tout permis et se sentent libre de vous insulter et de vous salir. Rien ne vous protège réellement, tout le monde peut être la cible de ce genre de personnes.

Et le pire dans tout ça, c’est que souvent, personne ne lève le petit doigt pour venir vous aider.

CHAPITRE II


Je marchais tranquillement sur le trottoir, en direction de l’arrêt de tramway. J’étais détendue, je sortais tout juste d’une séance avec ma sophrologue ; séance qui s’était magnifiquement bien passée, comme d’habitude. Ma sophrologue est adorable et sait me mettre en confiance.
J’avais ma carte de bus à la main et les écouteurs aux oreilles. Un foulard autour du cou pour me protéger du vent froid, et ma veste en cuir sous le bras. Mon sac sur mon épaule et mes papiers dans ma poche. J’étais heureuse, très peu angoissée, et j’avais enfin réussi à me détendre. Lorsque je suis arrivée à l’arrêt du tramway, j’ai patienté seulement deux petites minutes avant de pouvoir monter dans le tram qui arrivait. Je me suis assise sur une place de libre, j’ai déposé mon sac à mes pieds et je me suis calée contre le siège. J’ai commencé à perdre mon regard à travers la vitre, et je ne pensais plus à rien.

Ce n’est que deux arrêts plus loin, que je remarquais un groupe de quatre garçons d’environ 18-20 ans, monter dans le tramway. Je n’y fis pas particulièrement attention, me contentant de leur jeter un bref coup d’œil avant de replonger dans mes pensées. Malheureusement, je fus rapidement extirpée de mon bonheur, lorsque je sentie une main se déposer sur mon épaule. Instinctivement, j’ai ôté mes écouteurs et ai regardé qui m’avait interpellé de la sorte. Il s’agissait d’un des quatre jeunes, qui me regardait, sourire aux lèvres. Je crus qu’il voulait me demander quelque chose, et je lui rendis donc son sourire en attendant qu’il ne prenne la parole. Je me souviens encore de ses mots.

« Ça va p’tite salope ? Tu profites du trajet ? »

Lorsqu’il m’eut dit ça, je crus tout d’abord avoir mal entendu. Mais c’est lorsque j’entendis ses trois autres amis rigoler, que je compris que je ne m’étais pas trompée. Je commençais à avoir très peur et ne répondis rien, me contentant de baisser la tête en tremblant. Sa main s’est ensuite posée sur ma cuisse, mais il l’a vite retiré avant de se placer devant moi. Un autre garçon s’est posté également devant moi, et m’a accordé le même faux sourire que son camarade.

« On va te baiser ma belle, tu vas prendre. »

J’étais au bord des larmes, je murmurais de petits « laissez-moi » presque inaudibles, et je priais pour que quelqu’un me vienne en aide. Les jeunes parlaient très fort, et il n’y avait donc aucun doute possible ; tout le monde autour de moi, entendait la discussion. Les autres passagers n’avaient pour la plupart, pas d’écouteurs et ils pouvaient donc entendre la conversation. Je reçus quelques regards, mais rien de plus. Personne ne s’est levé pour me venir en aide, absolument personne. Je me sentais seule contre tous, je ne savais plus du tout quoi faire. J’ai pensé à hurler, à appeler la police, mais je n’en ai pas eu le courage. Je voulais juste m’enfuir, ou alors qu’ils m’abandonnent et qu’ils descendent du tramway.

« T’as une belle paire de seins. »

J’eus envie de me recroqueviller, et j’ai failli me mettre à pleurer. J’étais impuissante, totalement impuissante. Je pensais de plus en plus à composer le 17, mais je me suis dit que la police n’accepterait jamais de se déplacer pour quelque chose de la sorte. Pourtant j’avais tort, les policiers seraient venus. Mais sur le coup, j’en avais fortement douté.

Avez-vous seulement idée de ce que l’on peut ressentir lorsque l’on se fait insulter de salope, dans les transports en commun, et qu’absolument PERSONNE ne vous vient en aide ? Vous vous sentez seul, faible, vous ne savez plus quoi faire. Vous êtes sans défense et il ne vous reste plus qu’à espérer qu’ils ne se limitent qu’aux mots, et ne passent pas à l’acte en vous frappant ou en vous faisant subir bien pire.

Pour ma part, j’ai eu de la « chance ». Ils n’ont pas été plus loin que les insultes, et sont descendus deux arrêts avant moi. Lorsque je me suis à nouveau retrouvée toute seule, je tremblais de tous mes membres et n’ai pas pu m’empêcher de lancer des regards accusateurs et remplis de rancune, à ceux qui ne m’étaient pas venus en aide. Je n’étais qu’une adolescente de 17 ans, je ne savais pas quoi faire pour me défendre. Et personne ne m’a aidé. Pas la moindre parole. Pas le moindre geste. Rien. Mis à part quelques regards fuyants, il n’y a rien eu. Je devais me débrouiller, toute seule. Je comprenais évidemment que certaines personnes n’aient pas osé intervenir, que ce soit par peur ou que sais-je encore. Mais quelqu’un n’aurait-il pas pu simplement se faire passer pour un de mes amis, et me tendre la main pour entamer la discussion avec moi ?
Je me suis sentie salie, et blessée. Il n’y a pas de mots pour décrire à quel point l’on se sent mal après avoir vécu une telle situation. Je suis descendue du tramway en pleurant, ma mère est venue me chercher et je lui ai tout raconté. Elle m’a dit que si ça se reproduisait, je ne devais pas hésiter à appeler la police. J’espère de tout cœur que cela ne se reproduira pas, mais qui sait ? Mieux vaut être préventif.

J’ai eu de la chance de m’en sortir dans égratignure physique. Ils auraient pu descendre au même arrêt que moi, me suivre, me frapper. Mais ils n’ont rien fait de tout ça. Ils ont passé dix bonnes minutes à m’insulter et à me faire des avances, avant de finalement partir comme si de rien était. Cela aurait pu être bien pire, j’en ai conscience.

Mais je ne m’attendais pas à vivre une telle expérience.
Pas comme ça.
Pas maintenant.
Pas aujourd’hui.
Ni aucun autre jour d’ailleurs.

CHAPITRE III


Après cette expérience, je suis restée profondément choquée pendant plusieurs heures. Je suis descendue du tramway en pleurant presque, et suis restée tremblante pendant très longtemps. Je me suis remise peu à peu du choc en parlant avec mes parents et avec mes amis qui me soutenaient, et ai réussi à penser à autre chose. Néanmoins, ces gens-là m’avaient littéralement détruit ma journée. J’avais prévu de réviser mes cours aujourd’hui, étant donné que j’ai un contrôle de Sciences demain. Mais j’en ai été incapable, parce que j’étais trop mal. Je ne parvenais pas à me concentrer sur quoi que ce soit, et mon esprit ressassait sans cesse les événements passés. J’ai donc décidé que je réviserai pendant mon heure de pause avant le contrôle. J’ai déjà fait mes fiches de révision, il ne me reste plus qu’à les relire et à les comprendre. Enfin bref, je m’égare un peu.

Mon père a été totalement outré d’apprendre que j’avais été victime d’harcèlement dans les transports en commun. Il est entré dans une colère folle et a juré que s’il retrouvait les coupables, il les tuerait. Oui, mon père a le sang chaud et il ne cesse de me répéter que la moindre personne qui me fera du mal, finira au cimetière. Il est vrai que mon père peut impressionner ; grande carrure, muscles, tatouages… avec lui, je me sens en sécurité. Je me sens protégée.

Ma mère, elle, a réagi de façon plus douce. Elle m’a demandé si je souhaitais aller porter plainte, mais j’ai refusé. De toute façon, j’aurai été incapable de décrire ceux qui m’avaient abordé. Je n’avais plus leurs visages en tête, et pour cause ; je ne les avais que très peu regardé pendant l’altercation. Elle m’a demandé si je voulais avancer mon rendez-vous avec mon psychiatre pour que je puisse en parler rapidement, mais je lui ai assuré que je pouvais attendre Vendredi matin. Et c’était vrai ; je peux attendre.

Concernant mes amis, ils ont tous eu la même réaction : choqués, outrés, enragés. Ils ont voulu me défendre et s’en sont voulu de ne pas avoir été présents pour me venir en aide. Une amie très protectrice envers moi, a dit qu’elle s’en voulait terriblement de ne pas avoir pu m’aider, et j’ai eu beau lui dire qu’elle n’y était pour rien, elle ne pouvait s’empêcher de se sentir terriblement mal pour moi. Elle est comme ça Marine (oui elle porte le même prénom que moi) ; attachante, protectrice. Et c’est comme ça que je l’aime.

J’ai posté un rapide témoignage sur mon profil Facebook, auquel j’ai eu plusieurs partages et commentaires. J’ai reçu des soutiens inattendus de personnes que je ne connaissais pas. J’ai également reçu du soutien de la part d’un groupe de fille avec qui je ne parlais pas trop. Je me suis sentie soutenue, aidée, protégée, et cela m’a fait énormément de bien.

***

Je ne peux pas vous garantir qu’une telle chose ne vous arrivera jamais. L’on a beau penser que cela n’arrive qu’aux autres, c’est faux. J’en ai fait l’expérience. Je pensais que rien de tout cela ne pourrait m’arriver, et j’ai eu tort.

Si vous êtes victime de harcèlement et que les choses commencent vraiment à devenir dangereuses, appelez la police. Criez. Sortez du tramway ou du bus, et prenez-en un autre. Si on vous suit, allez dans un magasin et demandez à appeler la police. Si vous êtes dans le métro, alors changez de wagon, ou parlez à quelqu’un que vous ne connaissez pas pour faire comme si c’était un de vos amis. Mais ne vous laissez pas intimider par de telles pourritures.

Vous n’êtes pas un objet, vous êtes humain. Et personne ne mérite de se faire traiter de la sorte.

___________________/_/_/
Following members like this message:
Fragou (05/10/16)


Last edited by North on Mon 3 Oct 2016, 22:19; edited 4 times in total
Back to top
MSN
Evalone
Guest

Offline




PostPosted: Mon 3 Oct 2016, 16:21    Post subject: Harcèlement des transports [court témoignage] - TERMINÉ Reply with quote

Ow, c'est moche ça :/ J'espère que ce n'est pas trop grave, j'attends de voir ce que tu vas nous raconter
Back to top
North
Non-RPGistes

Offline

Joined: 16 Aug 2013
Posts: 9,788
Localisation: J'fais parti(e) de ceux qui n'ont pas d'idées originales de localisation, alors voilà.
Points de RP: 406
Autre(s): blep

PostPosted: Mon 3 Oct 2016, 16:23    Post subject: Harcèlement des transports [court témoignage] - TERMINÉ Reply with quote

Merci pour ton commentaire Symphi. ;; J'suis encore sous le choc, donc désolée si la qualité de mon écriture n'est pas top, mais je voulais absolument écrire cela directement, pour me libérer et me défouler.
Les chapitres seront très courts, mais je n'ai pas besoin de beaucoup de paragraphes pour exprimer ce que je ressens.
-------------------------------------
CHAPITRE I


On m’a toujours dit : « si un jour, tu vois quelqu’un se faire agresser, que ce soit dans la rue ou dans les transports en commun, interviens. Appelle la police, préviens quelqu’un, appelle du renfort. Mais ne reste pas sans rien faire. » Pour moi, cela semble évident d’agir devant la détresse de quelqu’un. C’est quelque chose de naturel, que tout le monde devrait être capable de faire. Je sais, personnellement, que si un jour je venais à être témointe d’une scène de violence, je ne resterai pas sans réagir. Cela en viendrait à être de la non-assistance à personne en danger, et je refuse de voir les gens souffrir, même ceux qui me sont inconnus.

Alors quand j’ai vu des campagnes publicitaires et des vidéos, visant à sensibiliser les gens sur le harcèlement sexuel et sexiste dans les transports en commun, je me suis sentie touchée. Je n’imaginais pas ce que ces femmes pouvaient endurer ou avoir enduré, étant donné que je n’avais jamais vécu cela. Mais nous étions au 21ème siècle, et pour moi, ce genre de choses ne devrait même plus exister. C’est vrai, comment les femmes pouvaient-elles encore être victime de harcèlement sexuel ? C’était quelque chose d’inconcevable, qui me répugnait. Juste parce qu’une femme va s’habiller avec une jupe un peu courte ou avec des talons hauts, elle risquera d’être harcelée. Notre façon de nous habiller justifie-t-elle le viol, le harcèlement ? Non. En aucun cas.

Quand je regardais toutes ces publicités et ces vidéos, je me disais que ça n’arrivait qu’aux autres. Et qu’étant donné que je m’habillais de façon très sobre, je ne risquais rien. Je vivais dans l’insouciance et dans la certitude que cela ne m’arriverait jamais. Mais c’est fou à quel point l’on peut parfois se tromper, pas vrai ?
Ce n’est pas parce que vous n’êtes pas maquillées (ou très peu), que vous portez des bottes, un jean et un tee-shirt sans décolleté, que vous serez épargnées du harcèlement sexuel. Rien ne vous protège de ces pourritures qui se croient tout permis et se sentent libre de vous insulter et de vous salir. Rien ne vous protège réellement, tout le monde peut être la cible de ce genre de personnes.

Et le pire dans tout ça, c’est que souvent, personne ne lève le petit doigt pour venir vous aider.
C'est ce qui s'est passé aujourd'hui.

___________________/_/_/
Back to top
MSN
Evalone
Guest

Offline




PostPosted: Mon 3 Oct 2016, 16:40    Post subject: Harcèlement des transports [court témoignage] - TERMINÉ Reply with quote

C'est une bonne chose que tu t'exprimes rapidement après ce qu'il s'est passé, ça va peut-être t'éviter de trop le ruminer.

Pas grand chose à dire sur ce premier chapitre, il n'a pas besoin d'être long pour être juste.
C'est vrai qu'on ne se rend pas forcément compte des choses tant que ça ne nous arrive pas. De mon côté, ma bonne conscience me dit de réagir si quelque chose comme ça se produit, mais il peut arriver que je n'ose pas. Et que tu ais vécu ça me rend vraiment mal à l'aise
Back to top
North
Non-RPGistes

Offline

Joined: 16 Aug 2013
Posts: 9,788
Localisation: J'fais parti(e) de ceux qui n'ont pas d'idées originales de localisation, alors voilà.
Points de RP: 406
Autre(s): blep

PostPosted: Mon 3 Oct 2016, 16:47    Post subject: Harcèlement des transports [court témoignage] - TERMINÉ Reply with quote

Oui, c'est sûr que parfois l'on n'ose pas intervenir, et je le comprends parfaitement. C'est toujours dur de se confronter à une telle situation, et on a beau dire, on ne sait jamais comment l'on réagira si l'on venait vraiment un jour, à être témoin de ce genre de scène.
Encore merci pour ton commentaire. ♥
Voilà le chapitre 2, il y en aura un 3ème et ça sera fini. Comme indiqué, c'est un très court témoignage, mais il fallait tout de même que je le poste.
----------------------------------------
CHAPITRE II


Je marchais tranquillement sur le trottoir, en direction de l’arrêt de tramway. J’étais détendue, je sortais tout juste d’une séance avec ma sophrologue ; séance qui s’était magnifiquement bien passée, comme d’habitude. Ma sophrologue est adorable et sait me mettre en confiance.
J’avais ma carte de bus à la main et les écouteurs aux oreilles. Un foulard autour du cou pour me protéger du vent froid, et ma veste en cuir sous le bras. Mon sac sur mon épaule et mes papiers dans ma poche. J’étais heureuse, très peu angoissée, et j’avais enfin réussi à me détendre. Lorsque je suis arrivée à l’arrêt du tramway, j’ai patienté seulement deux petites minutes avant de pouvoir monter dans le tram qui arrivait. Je me suis assise sur une place de libre, j’ai déposé mon sac à mes pieds et je me suis calée contre le siège. J’ai commencé à perdre mon regard à travers la vitre, et je ne pensais plus à rien.

Ce n’est que deux arrêts plus loin, que je remarquais un groupe de quatre garçons d’environ 18-20 ans, monter dans le tramway. Je n’y fis pas particulièrement attention, me contentant de leur jeter un bref coup d’œil avant de replonger dans mes pensées. Malheureusement, je fus rapidement extirpée de mon bonheur, lorsque je sentie une main se déposer sur mon épaule. Instinctivement, j’ai ôté mes écouteurs et ai regardé qui m’avait interpellé de la sorte. Il s’agissait d’un des quatre jeunes, qui me regardait, sourire aux lèvres. Je crus qu’il voulait me demander quelque chose, et je lui rendis donc son sourire en attendant qu’il ne prenne la parole. Je me souviens encore de ses mots.

« Ça va p’tite salope ? Tu profites du trajet ? »

Lorsqu’il m’eut dit ça, je crus tout d’abord avoir mal entendu. Mais c’est lorsque j’entendis ses trois autres amis rigoler, que je compris que je ne m’étais pas trompée. Je commençais à avoir très peur et ne répondis rien, me contentant de baisser la tête en tremblant. Sa main s’est ensuite posée sur ma cuisse, mais il l’a vite retiré avant de se placer devant moi. Un autre garçon s’est posté également devant moi, et m’a accordé le même faux sourire que son camarade.

« On va te baiser ma belle, tu vas prendre. »

J’étais au bord des larmes, je murmurais de petits « laissez-moi » presque inaudibles, et je priais pour que quelqu’un me vienne en aide. Les jeunes parlaient très fort, et il n’y avait donc aucun doute possible ; tout le monde autour de moi, entendait la discussion. Les autres passagers n’avaient pour la plupart, pas d’écouteurs et ils pouvaient donc entendre la conversation. Je reçus quelques regards, mais rien de plus. Personne ne s’est levé pour me venir en aide, absolument personne. Je me sentais seule contre tous, je ne savais plus du tout quoi faire. J’ai pensé à hurler, à appeler la police, mais je n’en ai pas eu le courage. Je voulais juste m’enfuir, ou alors qu’ils m’abandonnent et qu’ils descendent du tramway.

« T’as une belle paire de seins. »

J’eus envie de me recroqueviller, et j’ai failli me mettre à pleurer. J’étais impuissante, totalement impuissante. Je pensais de plus en plus à composer le 17, mais je me suis dit que la police n’accepterait jamais de se déplacer pour quelque chose de la sorte. Pourtant j’avais tort, les policiers seraient venus. Mais sur le coup, j’en avais fortement douté.

Avez-vous seulement idée de ce que l’on peut ressentir lorsque l’on se fait insulter de salope, dans les transports en commun, et qu’absolument PERSONNE ne vous vient en aide ? Vous vous sentez seul, faible, vous ne savez plus quoi faire. Vous êtes sans défense et il ne vous reste plus qu’à espérer qu’ils ne se limitent qu’aux mots, et ne passent pas à l’acte en vous frappant ou en vous faisant subir bien pire.

Pour ma part, j’ai eu de la « chance ». Ils n’ont pas été plus loin que les insultes, et sont descendus deux arrêts avant moi. Lorsque je me suis à nouveau retrouvée toute seule, je tremblais de tous mes membres et n’ai pas pu m’empêcher de lancer des regards accusateurs et remplis de rancune, à ceux qui ne m’étaient pas venus en aide. Je n’étais qu’une adolescente de 17 ans, je ne savais pas quoi faire pour me défendre. Et personne ne m’a aidé. Pas la moindre parole. Pas le moindre geste. Rien. Mis à part quelques regards fuyants, il n’y a rien eu. Je devais me débrouiller, toute seule. Je comprenais évidemment que certaines personnes n’aient pas osé intervenir, que ce soit par peur ou que sais-je encore. Mais quelqu’un n’aurait-il pas pu simplement se faire passer pour un de mes amis, et me tendre la main pour entamer la discussion avec moi ?
Je me suis sentie salie, et blessée. Il n’y a pas de mots pour décrire à quel point l’on se sent mal après avoir vécu une telle situation. Je suis descendue du tramway en pleurant, ma mère est venue me chercher et je lui ai tout raconté. Elle m’a dit que si ça se reproduisait, je ne devais pas hésiter à appeler la police. J’espère de tout cœur que cela ne se reproduira pas, mais qui sait ? Mieux vaut être préventif.

J’ai eu de la chance de m’en sortir dans égratignure physique. Ils auraient pu descendre au même arrêt que moi, me suivre, me frapper. Mais ils n’ont rien fait de tout ça. Ils ont passé dix bonnes minutes à m’insulter et à me faire des avances, avant de finalement partir comme si de rien était. Cela aurait pu être bien pire, j’en ai conscience.

Mais je ne m’attendais pas à vivre une telle expérience.
Pas comme ça.
Pas maintenant.
Pas aujourd’hui.
Ni aucun autre jour d’ailleurs.

___________________/_/_/
Back to top
MSN
Evalone
Guest

Offline




PostPosted: Mon 3 Oct 2016, 16:55    Post subject: Harcèlement des transports [court témoignage] - TERMINÉ Reply with quote

Effectivement, ça a dû être assez violent... Je déteste ce genre de personnes. A croire qu'une femme n'est rien de plus qu'un objet avec lequel on peut jouer comme on a envie. Tu as eu beaucoup de chance, et je suis heureuse qu'il ne te soit rien arrivée. Effectivement, je ne peux pas comprendre ce que tu as ressentit, et ça me met d'autant plus en colère que tu étais détendue. C'est suffisamment dure pur toi de parvenir à cet état sans que des petits cons viennent tout gâcher. Je ne vais pas dire que je serais intervenu, ce serait mentir et présumer de ma confiance. J'ignore comment j'aurais réagit, si je serais resté sourd et aveugle comme les autres. C'est typiquement le genre de raisonnement que je peux appliquer face à des personnes demandant de l'argent dans les transports.

En tout cas, j'espère que tu n'auras jamais à revivre une telle chose, et que tu es parvenue à te calmer un peu aujourd'hui ♥
Back to top
North
Non-RPGistes

Offline

Joined: 16 Aug 2013
Posts: 9,788
Localisation: J'fais parti(e) de ceux qui n'ont pas d'idées originales de localisation, alors voilà.
Points de RP: 406
Autre(s): blep

PostPosted: Mon 3 Oct 2016, 19:20    Post subject: Harcèlement des transports [court témoignage] - TERMINÉ Reply with quote

Moi aussi je déteste ce genre de personnes, j'étais sous le choc devant tant de vulgarité mais bon...
C'est vrai que pour une fois que j'étais détendue, ça m'a fait chier mais bon. Je m'en suis plutôt pas mal remise, 'fin j'suis pas "traumatisée", et j'en ai parlé avec mes parents ce soir, ce qui m'a beaucoup aidé.
Je te comprends sur le fait que tu ne saches pas si tu serais intervenue, parce que je sais que ça peut être dur de le faire. ♥

Merci. ♥
___________________/_/_/
Back to top
MSN
Malice du Caméléon
Non-RPGistes

Offline

Joined: 19 Jan 2014
Posts: 10,407
Points de RP: 2,096

PostPosted: Mon 3 Oct 2016, 19:29    Post subject: Harcèlement des transports [court témoignage] - TERMINÉ Reply with quote

Wa déjà que j'étais mal à l'aise quand mec de la trentaine me "matait" •• Je trouve que tu as fait preuve de beaucoup de courage, et je suis assez "surprise" aux PERSONNE n'ai réagis, c'est honteux enfin APRÈS ça dépend de l'ange et malheureusement du sexe des personnes de l'entourage
Back to top
Brume de Soleil
Modérateurs

Offline

Joined: 30 Dec 2011
Posts: 19,274
Localisation: Vous avez de grandes chances de me trouver sur le fow :3
Personnage Principal: Brume de Soleil ♀ (Crépuscule)
Deuxième Personnage: Nuage de Givre ♂ (Nuit)
Personnages à venir: Petite Araignée ♂ (Crépuscule)
Points de RP: 1,706
Autre(s): Passez à la section Histoires, un peu oubliée malheureusement :,(

PostPosted: Mon 3 Oct 2016, 20:23    Post subject: Harcèlement des transports [court témoignage] - TERMINÉ Reply with quote

C'est horrible le harcèlement...Histoire vraie :
Cet été on est allées au Fize moi et mes 3 amies, on a pris le tram pour y aller. Comme pour Paillou, le tram était plutot bondé (c'était le Fize en meme temps...) mais on a eu les places à 4. Derrière nous il y avait 2 mecs qui devaient avoir 13/14 ans qui gloussaient. On a vite compris que c'était sur nous car ils se retournaient tout le temps. L'une de mes amies a malheureusement dit un "t'a un problème ?" et là ils sont venus nous voir. C'était pas vraiment du harcèlement mais plutôt de la moquerie "ouai vous vous etes des campagnardes ça se voit à votre gueule" "nous on viens de Lyon tu vois".
Bon sur le coup on a pas trop réagis, on a juste ignorées, car ils étaient plus jeunes, on avait 16 ans, et moins nombreux. Mais ils ont commencés à nous filmés. Là ça nous a vraiment énervé. Ils sont allés sur Snapchat et avec les caméras avant se rendent en vidéo avec nous en se foutant de notre gueule. Mais là aussi il n'y avait pas grand chose à faire. Je les aurais bien pris en vidéo pour que ce soit nous que se jouions de leur geule mais j'était avec mon iPhone 6S neuf de la veille du coup j'avais pas trop envie qu'on me l'abime ou me le vole. 
Heureusement, comme avec Paillou, ils sont descendu 2 ou 3 arrêts avant nous. On avait songé à descendre un arrêt avant et prendre le tram suivant... Comme ton histoire, il y avait pas mal de gens autour, mais personne n'a rien dit. Bon ok c'était pas vraiment du harcèlement mais ça y ressemblait. Si l'une d'entre nous avait été seule j'ai peur de ce que ça aurait donné..
___________________/_/_/
Back to top
North
Non-RPGistes

Offline

Joined: 16 Aug 2013
Posts: 9,788
Localisation: J'fais parti(e) de ceux qui n'ont pas d'idées originales de localisation, alors voilà.
Points de RP: 406
Autre(s): blep

PostPosted: Mon 3 Oct 2016, 21:15    Post subject: Harcèlement des transports [court témoignage] - TERMINÉ Reply with quote

Merci pour vos commentaires. ;; ♥

Esca → Personnellement, je ne suis pas plus surprise que ça que personne ne soit intervenu. Les gens ont peur et ne savent pas quoi faire pour aider quelqu'un dans cette situation. 4 mecs de banlieue, imposants et costaux, ça fait peur. Ces mecs ne craignent pas la police, ni rien d'autre. Peut-être qu'ils n'hésiteraient pas à frapper s'il le faut. C'est pour ça que tout le monde reste muré dans le silence et dans l'ignorance ; parce qu'ils ont peur. :/
Ficeloune → Même si c'est pas du harcèlement à proprement parlé, ça reste tout de même quelque chose qui met mal à l'aise, et c'est tout aussi déplaisant. >< Je suis triste de voir que ce genre de choses est monnaie courante, mais malheureusement, faut voir la vérité en face ; ça arrive tous les jours, n'importe où. Tu as eu de la chance d'être avec une amie, et de ne pas être toute seule. Comme tu l'as dit, si l'une de vous s'était retrouvée seule, cela aurait pu aller plus loin (ou peut-être pas, on ne peut pas savoir).
___________________/_/_/
Back to top
MSN
Brume de Soleil
Modérateurs

Offline

Joined: 30 Dec 2011
Posts: 19,274
Localisation: Vous avez de grandes chances de me trouver sur le fow :3
Personnage Principal: Brume de Soleil ♀ (Crépuscule)
Deuxième Personnage: Nuage de Givre ♂ (Nuit)
Personnages à venir: Petite Araignée ♂ (Crépuscule)
Points de RP: 1,706
Autre(s): Passez à la section Histoires, un peu oubliée malheureusement :,(

PostPosted: Mon 3 Oct 2016, 21:40    Post subject: Harcèlement des transports [court témoignage] - TERMINÉ Reply with quote

Oui, c'est triste mais ça à l'air d'être "normal" pour les autres. Le pire c'est la vidéo, tu te demande ce qu'il peuvent faire avec...
___________________/_/_/
Back to top
North
Non-RPGistes

Offline

Joined: 16 Aug 2013
Posts: 9,788
Localisation: J'fais parti(e) de ceux qui n'ont pas d'idées originales de localisation, alors voilà.
Points de RP: 406
Autre(s): blep

PostPosted: Mon 3 Oct 2016, 22:19    Post subject: Harcèlement des transports [court témoignage] - TERMINÉ Reply with quote

Surtout qu'il y a le droit à l'image, c'est interdit de filmer quelqu'un à son insu, ils auraient mérité d'avoir de sérieux problèmes. ._.
Voilà le dernier chapitre.
--------------------------------------
CHAPITRE III


Après cette expérience, je suis restée profondément choquée pendant plusieurs heures. Je suis descendue du tramway en pleurant presque, et suis restée tremblante pendant très longtemps. Je me suis remise peu à peu du choc en parlant avec mes parents et avec mes amis qui me soutenaient, et ai réussi à penser à autre chose. Néanmoins, ces gens-là m’avaient littéralement détruit ma journée. J’avais prévu de réviser mes cours aujourd’hui, étant donné que j’ai un contrôle de Sciences demain. Mais j’en ai été incapable, parce que j’étais trop mal. Je ne parvenais pas à me concentrer sur quoi que ce soit, et mon esprit ressassait sans cesse les événements passés. J’ai donc décidé que je réviserai pendant mon heure de pause avant le contrôle. J’ai déjà fait mes fiches de révision, il ne me reste plus qu’à les relire et à les comprendre. Enfin bref, je m’égare un peu.

Mon père a été totalement outré d’apprendre que j’avais été victime d’harcèlement dans les transports en commun. Il est entré dans une colère folle et a juré que s’il retrouvait les coupables, il les tuerait. Oui, mon père a le sang chaud et il ne cesse de me répéter que la moindre personne qui me fera du mal, finira au cimetière. Il est vrai que mon père peut impressionner ; grande carrure, muscles, tatouages… avec lui, je me sens en sécurité. Je me sens protégée.

Ma mère, elle, a réagi de façon plus douce. Elle m’a demandé si je souhaitais aller porter plainte, mais j’ai refusé. De toute façon, j’aurai été incapable de décrire ceux qui m’avaient abordé. Je n’avais plus leurs visages en tête, et pour cause ; je ne les avais que très peu regardé pendant l’altercation. Elle m’a demandé si je voulais avancer mon rendez-vous avec mon psychiatre pour que je puisse en parler rapidement, mais je lui ai assuré que je pouvais attendre Vendredi matin. Et c’était vrai ; je peux attendre.

Concernant mes amis, ils ont tous eu la même réaction : choqués, outrés, enragés. Ils ont voulu me défendre et s’en sont voulu de ne pas avoir été présents pour me venir en aide. Une amie très protectrice envers moi, a dit qu’elle s’en voulait terriblement de ne pas avoir pu m’aider, et j’ai eu beau lui dire qu’elle n’y était pour rien, elle ne pouvait s’empêcher de se sentir terriblement mal pour moi. Elle est comme ça Marine (oui elle porte le même prénom que moi) ; attachante, protectrice. Et c’est comme ça que je l’aime.

J’ai posté un rapide témoignage sur mon profil Facebook, auquel j’ai eu plusieurs partages et commentaires. J’ai reçu des soutiens inattendus de personnes que je ne connaissais pas. J’ai également reçu du soutien de la part d’un groupe de fille avec qui je ne parlais pas trop. Je me suis sentie soutenue, aidée, protégée, et cela m’a fait énormément de bien.

***

Je ne peux pas vous garantir qu’une telle chose ne vous arrivera jamais. L’on a beau penser que cela n’arrive qu’aux autres, c’est faux. J’en ai fait l’expérience. Je pensais que rien de tout cela ne pourrait m’arriver, et j’ai eu tort.

Si vous êtes victime de harcèlement et que les choses commencent vraiment à devenir dangereuses, appelez la police. Criez. Sortez du tramway ou du bus, et prenez-en un autre. Si on vous suit, allez dans un magasin et demandez à appeler la police. Si vous êtes dans le métro, alors changez de wagon, ou parlez à quelqu’un que vous ne connaissez pas pour faire comme si c’était un de vos amis. Mais ne vous laissez pas intimider par de telles pourritures.

Vous n’êtes pas un objet, vous êtes humain. Et personne ne mérite de se faire traiter de la sorte.

___________________/_/_/
Back to top
MSN
Evalone
Guest

Offline




PostPosted: Mon 3 Oct 2016, 22:40    Post subject: Harcèlement des transports [court témoignage] - TERMINÉ Reply with quote

Si tu as pu recevoir du soutien, c'est une très bonne chose ♥

Et tu donnes de bons conseils, j'espère que ça servira un jour à quelqu'un s'il se retrouve dans cette situation :3
Back to top
North
Non-RPGistes

Offline

Joined: 16 Aug 2013
Posts: 9,788
Localisation: J'fais parti(e) de ceux qui n'ont pas d'idées originales de localisation, alors voilà.
Points de RP: 406
Autre(s): blep

PostPosted: Tue 4 Oct 2016, 15:38    Post subject: Harcèlement des transports [court témoignage] - TERMINÉ Reply with quote

Oui, j'ai eu la chance d'avoir du soutien. ♥

Merci, je l'espère aussi. :3
___________________/_/_/
Back to top
MSN
Ailou
Non-RPGistes

Offline

Joined: 01 Mar 2016
Posts: 4,879
Localisation: Perdue
Points de RP: 206

PostPosted: Tue 4 Oct 2016, 17:43    Post subject: Harcèlement des transports [court témoignage] - TERMINÉ Reply with quote

Je me sens mal pour toi... Moi non plus, je ne pensais pas que ça se refaisait encore aujourd'hui... Je hais ce genre de personnes, qui font les malins, uniquement devant leurs potes, quand ils sont en sécurité, avec du soutien. Ce sont des lâches. Des connards. On dit souvent ça en écoutant les malheurs des autres: "moi, si j'étais là j'aurais fait quelque chose!" et finalement, ils ont peur sur le moment. Mais moi, si j'avais vu quelqu'un se faire interpeller de la sorte, que ce soit dans un transport en commun ou n'importe où, mais si je flippe, je serais intervenue, même si ce n'est pour parler que d'une toute petite voix. Ça me révolte que tu aies vécu ça.
J'espère que ça va mieux, depuis que ça t'est arrivé... Tu as tout mon soutien!
___________________/_/_/
Back to top
Almagest
Non-RPGistes

Offline

Joined: 01 Feb 2015
Posts: 3,175
Points de RP: 121

PostPosted: Tue 4 Oct 2016, 20:37    Post subject: Harcèlement des transports [court témoignage] - TERMINÉ Reply with quote

Quand j'ai vu ce que tu avais posté sur DA ( donc ce témoignage ) j'étais juste choquée. Sérieusement, je suis restée abasourdie devant mon ordi. Qu'une personne que j'admire sur Internet soit victime de harcèlement sexuel. Que des jeunes cons ( il n'y a pas d'autre mot... ) se soient crus tout permis pour se servir d'une jeune fille comme divertissement, comme objet.

Ma cousine a été victime de viol à 15 ans, par l'un de ses camarades de classe. J'ai eu une part de son témoignage, et rien que ces paroles de deux personnes différentes me suffisent pour savoir à quel point c'est désagréable. A quel point on peut en sortir retourné. A quel point on se sent sale après ça.

Ce qui me choque également, c'est le fait que personne n'ai réagi. Je veux dire, dans un transport commun, il y a toutes sortes de personnes : des adultes rentrant du boulot, des parents avec leurs enfants, des adolescent rentrant des cours, des personnes âgées... Il avaient pratiquement tous assisté à la scène, et n'ont pas réagi. Je veux dire, si j'avais été là, à côté, je ne me serais sûrement pas levée pour leur crier d'arrêter, les maintenir pour les empêcher de te faire quoi que ce soit. Je n'aurais eu ni le courage, ni la force. Mais enfin, je ne sais pas, le wagon était bondé selon toi... Ils auraient au moins pu essayer d'appeler la police ou un contrôleur, quelqu'un en mesure d'empêcher la situation. Le minimum quoi.

Mais je t'ai trouvée non seulement chanceuse que ça ne se limite qu'aux insultes ( même si c'est beaucoup ), je t'ai trouvée aussi courageuse. A ta place, je me serais sûrement effondrée par terre en pleurant. Je n'aurais pas eu ta patience. Sûrement pas.

Ne t'en fais pas, je te souhaite de t'en remettre au plus vite, et que cela ne se reproduise plus. J'aurais aimé que le harcèlement sexuel tout court cesse partout et définitivement, mais malheureusement, ce genre de conneries ne se règle pas comme ça... En tous cas tu as bien fais t'en faire un témoignage. Courage ♥
___________________/_/_/
Back to top
Vol du Condor
Non-RPGistes

Offline

Joined: 30 Oct 2012
Posts: 5,798
Personnage Principal: Vol du Condor (guerrier de la Forêt Sombre+combattant de la Faction)
Points de RP: 194

PostPosted: Wed 5 Oct 2016, 17:07    Post subject: Harcèlement des transports [court témoignage] - TERMINÉ Reply with quote

Je tremblais sérieusement de haine devant mon ordi.

Je te remercie d'avoir écrit ce témoignage, car ça m'a fait réfléchir sur un sujet auquel je ne pense jamais à vrai dire.
Je me disais : si j'avais été présente dans le tramway, est-ce que j'aurai été capable de te venir en aide ?
Je suis quelqu'un de très discret, et j'évite les problèmes autant que je peux. A mon avis, soit je serai venue te voir en faisant semblant de te connaître depuis super longtemps, soit je serai tétanisée.
C'est vraiment cruel comme situation.

En tous cas, je pense que j'hésiterai un peu moins si une situation pareille se produit dans le bus :3
Back to top
Léopard de Minuit
Non-RPGistes

Offline

Joined: 24 Dec 2012
Posts: 13,226
Personnage Principal: Léopard de Minuit (Aube)
Points de RP: 2,761
Autre(s): ♡♡♡

PostPosted: Sun 9 Oct 2016, 10:06    Post subject: Harcèlement des transports [court témoignage] - TERMINÉ Reply with quote

J'aurai espéré que, en Suisse, les personnes réagissent plus facilement qu'en France, mais je crains fort que ce soit le cas. Je ne comprends pas ce qui se passe dans la tête de ces personnes à ce moment là. Ça me semble tellement logique qu'il fait venir en aide, et ça ne demande rien, juste de se lever et de faire partir ces petits voyous qui profitent de leur nombre pour s'imposer. J'ai vécu une histoire de ce genre, mais dans un autre contexte, et ça serait sans doute très mal terminé si ma disparition n'avait pas alerté un ami, je vais vous raconter tout ça.
Pour commencer, il faut savoir que je fais partie de la Jeunesse de mon Village. J'ai cru comprendre que ça n'existait pas en France, donc je vais vous expliquer ce que c'est. En gros, ce sont les jeunes du villages, âgés de 15 à 27 ans, qui se regroupe. On organise des tournois entre les Jeunesse des Villages, des soupers, des fêtes, des spectacles, enfin bref, beaucoup de choses. Chaque été, 4 grands fêtes, durant sur 5 jours, sont organisées. Chaque Jeunesse à ça propre Roulotte où ses membres peuvent dormir.
Ma mère m'avait interdit de rester dormir, j'avais comme ordre de rentrer à 2h. Voyant que je me tenais à carreau, elle m'accorda, pour la dernière de ces fêtes, de rester dormir à condition de la tenir régulièrement au courant. (Mon frère fait également parti de la Jeunesse, ça la rassure.) 
J'ai donc annoncé ça a l'un des frères d'un de mes amis, qui a décidé qu'il allait me faire boire. J'avais juste oublié de lui préciser que je prenais des médicaments, et que donc un verre de Suze suffisait pour me rendre pompette. Lorsque nous sommes allé sur la place de fête (on était un groupe de 5), j'étais déjà dans les vappes. Je perdis le groupe des yeux, à cause de la foule. Je me mis à paniquer, à pleurer (fatigue + alcool = Moi en mode Ultra-sensible). Et deux garçons viennent vers moi. Ils me firent à peu près le même discours que les tiens. 
《Tu veux voir ma queue?》《On va te faire saigner.》
Ils m'ont aidé à me lever, et le plus âgé, je dirais 25 ans, a commencé à se coller à moi. Et Alors, mon sauveur est arrivé, et m'à ramené à la roulotte.


Je pense que les garçons ont questions étaient soulent, que la première chose qu'ils voulaient étaient de chopper. Je suis très fine, peu musclée, j'avais donc l'allure d'une proie. Je pense qu'il faudrait jamais être seule, même si ça semble impossible et que ça l'est sans doute. Si on est deux, ça les calme directe, enfin de mon point de vue. J'ai jamais osé raconter ça a mes parents, mais ça m'a fait extrêmement peur, et je suis rentrée chez moi dès le lendemain.
Enfin voilà, pour revenir à toi Paillou, ces connards ne méritent qu'une bonne baffe et qu'on les remette à leur place. On est à plus vulnérable que eux.
Following members like this message:
Fragou (09/10/16)
Back to top
Display posts from previous:   
This forum is locked: you cannot post, reply to, or edit topics.   This topic is locked: you cannot edit posts or make replies.    LA GUERRE DES CLANS RPG : Le Forum des Passionnés Forum Index -> Autres -> Les Archives -> Archives des Histoires All times are GMT + 2 Hours
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | Have own forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Template zenGarden created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group