LA GUERRE DES CLANS : Le Forum des Passionnés Index du Forum
LA GUERRE DES CLANS : Le Forum des Passionnés Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Nos Partenaires
 
 

TopSites : Cliquez pour voter !
 
top site velusia
 
Les Sentiers de l'Aube

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LA GUERRE DES CLANS : Le Forum des Passionnés Index du Forum -> Ma Guerre des Clans -> Histoires
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Fragou
Non-RPGistes

Hors ligne

Inscrit le: 30 Nov 2012
Messages: 14 084
Localisation: Dordogne, Périgord Noir, St Léon sur Bled
Féminin
Points de RP: 1 385

MessagePosté le: Sam Oct 27 2018, 12:40    Sujet du message: Les Sentiers de l'Aube Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
J'hésite fortement à faire une liste de personnage. Cette histoire me tient à coeur depuis un petit moment, j'espère donc en venir à bout. J'espère aussi qu'elle vous plaira. Et, sans plus de préambules parce que serait un coup à se perdre en tout et n'importe quoi...


CHAPITRE I


Les couloirs de pierres sombres luisaient sous la lueur blafarde du soleil. Une lueur grise filtrait par les meurtrières, personne n'aurai su dire si c'était la lumière de la lune, l'aube, le couchant, ou même s'il était midi. Les pierres revêtaient ainsi une couleur gris-bleu, et la condensation se reflétait sur les murs.
Une odeur de peur, de moisissure, mais aussi d'humains qu'on avait laissés à pourrir dans le froid des geôles, empuantissait l'air. Oriane sentit son pied s'enfoncer dans une flaque d'eau, gelée, et elle eut un hoquet de surprise en chancelant. L'homme qui la tirait derrière lui à l'aide d'une chaîne partiellement rouillée y donna un coup sec. Elle finit de s'effondrer sur le sol, son coude cogna contre une protubérance de pierre, elle serra les dents, les larmes lui montaient aux yeux, mais elle fit de son mieux pour se relever.
L'homme avait ralenti. La jeune femme devinait ses cheveux gras, sombres, collés contre sa nuque, la barbe qui lui mangeait le visage, sa cape sombre et graisseuse. Il poussa une porte de bois dont les gonds grincèrent.
_ Geôle 74, Aile Est, gronda-t-il.
Oriane ne répondit rien, les battements de son coeur s'accéléraient. La couverture qu'on avait jeté sur ses épaules était en train de glisser, et elle ne parvenait pas à la remettre correctement, malgré quelques coups d'épaules. Elle entortillait ses mains sales entre elles, nerveusement, parfois, on entendait un craquement. Les fers qui lui serraient les poignets entre eux lui faisaient atrocement mal, elle luttait contre l'engourdissement.
Son foulard s'était défait et lui tombait dans les yeux. Une partie de son crâne rasé était découvert, et le froid des cellules lui piquait les oreilles.
_ Tu vas y rester jusqu'à ce qu'on ait de la place pour toi, côté crucifixion. Si ça tarde trop, on avisera. Mais tu risques de moisir ici longtemps. Ce ne sont pas les petites empoisonneuses qui manquent. Gronda le garde en donnant un coup de genoux à la jeune femme pour qu'elle entre dans la cellule.
Il courba ensuite la nuque pour y entrer. Une meurtrière dispensait le peu de lumière nécessaire dans la geôle pour ne pas virer dingue. Peut-être était-ce étudié pour, peut-être pas. Un banc était accroché au mur, et les rats allèrent se terrer dans les coins à la venue des deux humains. Une roche sortait du mur, et retenait l'eau qui suintait des murs. On aurait dit un abreuvoir, songea Oriane, balayant vivement les lieux du regard. Ses sens affûtés, déjà habitués à l'obscurité, lui permirent de sonder rapidement chaque coin, chaque repli de pierre, et de l'ancrer, à jamais, en son esprit. Elle fit volte-face et lorgna de nouveau l'homme sale qui l'avait conduite jusqu'ici.
_ Je vais défaire ta chaîne et on passera te nourrir avant ce soir. Des fois on oublie.
Il rit.
_ Si tu es sage, tu resteras comme ça, sinon, on t'enchaînera à ta paillasse. Si même comme ça tu nous fais chier, on trouvera le moyen de te faire regretter d'être née... Le but pour toi maintenant, c'est de te faire oublier. Pigé ?
Hochement de tête. Qu'il parte, maintenant, songea-t-elle en le foudroyant du regard, mais sans doute ne s'en aperçut-il pas. Cliquètement de chaînes. Ses poignets tombèrent contre ses cuisses et elle sentit un poids s'envoler. Libre. Libre de ses mouvements dans un cachot. Paradoxal, mais c'était déjà ça, se dit-elle en agitant ses poignets pour en recouvrer les sensations, ressentant chaque infime partie de son corps. Son dos courbé, le froid, ses vêtements mal mis... Elle resserra vivement sa couverture bas de gamme sur ses épaules, avant de porter une main raide et froide à son foulard. Elle sentit ses cheveux tondus, et la chaleur qui émanait de son crâne. Vite, le recouvrir.
_ Et n'ai crainte, la femme du Seigneur Boilet est très à cheval sur la condition des femelles dans ton genre. Jusque dans les cachots, renifla-t-il en tournant les talons.
Oui, elle le savait. Justine, la Dame de Val-frémy, cette petite ville où elle se trouvait, avait toujours témoigné de la sympathie pour les bonniches dans son genre. La porte claqua, grinçant une nouvelle fois dans ses gonds. Elle poussa un soupir.
_ Nous voilà de nouveau seuls.
Une voix résonna, et Oriane se tourna lentement vers la paillasse suspendue au mur, une vulgaire planche de bois dont elle avait déjà peur de tomber. Dessus, un jeune homme était assis. Il avait les cheveux très noirs, bouclés, épais, en bataille, et étirait un timide sourire. Il portait une vieille chemise effilochée, une ceinture digne d'un légionnaire – où on pouvait entre autre accrocher dagues, gourdes, glaives, et tout ce qui est nécessaire en campagne -, et des braies brunes.
La jeune fille ne lui répondit pas, et prit, avec des gestes lents, son foulard humide – elle avait dû s'approcher d'un mur de trop près -, d'une couleur bleue pâle. Elle l'entortilla alors sur sa tête, les lèvres sèches. Elle murmura :
_ Comme si ça faisait longtemps.
_ La dernière fois tu présageais ça. Finir dans un cachot, entassée avec des dizaines de bonnes femmes crasseuses, qui attendent la faucheuse, pour des crimes et délits minables. Fit-il toujours avec son doux sourire. Oriane se trouva honteuse de songer qu'il avait un charme fou, alors qu'elle finissait de serrer son foulard, posé en guise de turban sur sa tête. Comme me l'a si bien appris Emilia.
Le jeune homme fit une petite moue, suivie d'un haussement d'épaules.
_ Tu t'en sors bien, en somme, petite empoisonneuse.
Il étira un sourire, et les yeux d'Oriane se firent humides. Elle balbutia :
_ T... tu trouves ç-ça... drôle ?
Elle s'essuya les yeux d'un revers de la main, et poussa un gémissement en prenant sa tête dans ses mains. Le jeune homme se leva d'un bond et l'attrapa dans ses bras. Il était froid. Elle savait que seul son esprit à elle permettait sa présence. Qu'elle imaginait son contact.
_ Chut, la rassura-t-il, non, ce n'est pas drôle, mais tu me connais. Tu ne trouves pas ça drôle, de faire un pas de plus vers Belladone ? Il sourit, Oriane leva les yeux vers lui, il n'était pas bien grand. Elle enfouit son visage contre lui, et lâcha :
_ Belladone. Lisandra aimait en parler. C'était un espèce de rêve éveillé. Cette tavernière qui tuait les clients qui lui manquaient de respect. On n'a jamais su si c'était bien de la belladone qu'elle mettait dans ses plats.
Elle étira un sourire. Comme si se complaire dans la mort d'autrui, de gens qu'elle n'avait pas connus, et dont on se souviendrait surtout de leur meurtrière, avait quelque chose d'apaisant. Ou non, justement. C'était une forme de rage masquée, de la haine pour panser ses plaies. Oui, se parer de haine quand vous vous retrouvez le nez dans la boue, à serrer contre vous un fantôme au fin fond de la geôle numéro 74 de l'aile est de la Citadelle de Val-frémy.
Le fantôme du jeune homme se libéra alors délicatement de son emprise, pour ne pas dire qu'elle le laissa filer. Il s'éloigna d'elle de quelques pas, et se planta au milieu de la geôle. Ils se faisaient maintenant face. Il hocha doucement la tête.
_ Raconte-moi comment tout à commencé. Peut-être que tu y verras plus clair.
Oriane hocha doucement la tête. Elle inspira doucement, calant ses doigts froids sous la couverture qui filait déjà par endroits, et qui pouait le dernier condamné à mort qui s'en était recouvert pour ne pas céder à l'hypothermie. On sortait de l'hiver, peut-être était-il justement mort de ça plutôt que d'une exécution pure et dure. Enfin bref.
_ Je sais que je suis née à l'automne 15 du siècle que voici. J'aurai 18 ans à l'automne prochain, en somme. Je sais que ma mère m'a laissée sur le parvis d'un Temple, et non pas d'un orphelinat. Ca, c'est Emilia qui me l'a dit. Elle aimait me raconter comment elle m'avait vu, moi, dans le froid de ce mois d'octobre, sur les marches, à la douce lueur de l'aube. Elle venait de perdre son bébé, elle avait 30 ans. Elle en avait déjà perdu d'autres, depuis le temps, il ne lui restait que sa fille, Lisandra, alors âgée de 3 ans.
_ Elle n'était plus toute jeune, quoi.
_ Les bonnes ne vivent pas vieille, il est vrai. Mais Emilia était particulièrement résistante. Je ne l'ai jamais vue tomber malade, en 12 ans de vie commune.
Nouvelle pause. Elle avait été un peu sèche. Amos – car le fantôme aimait qu'on l'appelle comme ceci – savait la piquer où ça faisait mal. Pas par méchanceté. Juste pour souligner un fait. Il n'aimait pas à sombrer dans la mièvrerie, et aimait à en préserver Oriane.
_ Mon premier souvenir, c'est quand je jouais avec sa fille. Reprit-elle. "Un jeu de rôle, dans la cour des maîtres. La famille Valieus. Ils étaient bons. Ils avaient une fille, de l'âge de Lisandra. Tu devines qu'elle ne jouait pas avec nous. Enfin bref, de ces jeux...
_ Tu ne me connaissais pas encore. Fit Amos avec un sourire ironique. Oriane secoua la tête.
_ Non, je ne voyais que ce garçon blême, au coin de la rue, que personne ne voyait. C'est le jour où j'ai failli tomber dans le puits du jardin des maîtres que tu m'es apparu entièrement. Que tu t'es présenté. Amos. Tu avais exactement la même tête qu'aujourd'hui.
Elle renifla, détaillant une nouvelle fois son comparse fantomatique qui affichait un petit sourire amusé. Oui, il avait déjà cette trogne. Ce nez droit au bout arrondi, ces cheveux en bataille, ce duvet sur la mâchoire, ces cheveux bouclés, noirs de jais, et cette ceinture de légionnaire, dépouillée de tout instrument.
_ Normal, je suis mort. Fit-il avec un haussement d'épaules. Une douleur vint chatouiller le ventre de la jeune femme, et elle croisa les bras sur sa poitrine. Ses sanglots moururent dans sa gorge.
_ Je me suis longuement demandée pourquoi personne d'autre ne te voyait. Je parlais de fantômes avec Lisandra, elle rêvait d'en voir, me parlait de ces gueux qui leur tapaient la causette en pleine rue, dont Emilia avait peur, mais à qui elle, la gamine, elle voulait absolument parler. Je lui ai parlé de toi. Du temps où dans nos jeux elle me nommait Taïga, et où nous voguions vers les mers des morts, ou vers les îlets enchanteurs, peuplés de trolls, de dragons et d'elfs. Elle, elle portait le nom de Valia. C'était toujours elle qui décidait, mais ses rêves étaient si prolixes que je m'y pliais avec joie.
Le silence tomba dans le cachot. Amos poussa un soupir, et fit :
_ Oui. Je m'en souviens. Le temps passe vite, hein ?
Il sourit.
_ Ne me dis pas que tu regrettes ma présence.
_ Loin de moi cette idée. Ce que je voudrais, c'est seulement savoir pourquoi il est des êtres tels que moi. Ce que je fais là. Pourquoi ? Si seulement il y a une raison à ça. Si les dieux se rient de nous au point d'insuffler en certaines de leurs créations des dons qui les isoleront à tout jamais des autres.
Elle marqua une pause, et étouffa un ricanement qui résonna dans un gorge comme un grondement rauque. Elle s'adossa au mur, ses doigts froids rencontrèrent la pierre, polie et humide. Et elle siffla :
_ De toute façon je pense qu'il est trop tard pour que la réponse me tombe du ciel. Si tu n'as pas été capable de me la donner en 17 années ce n'est pas ma mort qui va te presser de me l'indiquer, hein, Amos ?
Elle marqua une nouvelle pose, inspira doucement, et prit sa tête dans ses mains.
_ J'aime à rêver qu'une fois mon sang coagulé nous pourrions marcher ensemble, main dans la main, dans les limbes où tu erres depuis si longtemps, silencieux spectateur de notre hilarante comédie humaine.
___________________/_/_/
~ J'me sens coupable d'avoir été lors d'une vie antérieure l'une de ces charmantes petites créatures qu'on rencontre au fond des bouteilles de mescal et d'en ressentir à tout jamais un sentiment mélancolique de paradis perdu ~
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Nuage de Fougère
Modérateurs

Hors ligne

Inscrit le: 30 Déc 2011
Messages: 16 756
Localisation: Vous avez de grandes chances de me trouver sur le fow :3
Féminin
Personnage Principal: Nuage de Fougère ♂ (Nuit)
Deuxième Personnage: Nuage d'Aiguille ♀ (Crépuscule)
Points de RP: 641

MessagePosté le: Sam Oct 27 2018, 19:55    Sujet du message: Les Sentiers de l'Aube Répondre en citant

Hey Fragou ! Nouvelle histoire à ce que je vois 
J'ai lu et ca a l'air vraiment très intéressant comme univers, j'ai méga hâte de voir la suite
___________________/_/_/
Revenir en haut
Fragou
Non-RPGistes

Hors ligne

Inscrit le: 30 Nov 2012
Messages: 14 084
Localisation: Dordogne, Périgord Noir, St Léon sur Bled
Féminin
Points de RP: 1 385

MessagePosté le: Sam Oct 27 2018, 21:03    Sujet du message: Les Sentiers de l'Aube Répondre en citant

Youhou, une lectrice 8D
Vi, c'est ton retour qui m'invite à poster /pan/ Ton message me fait très plaisir, merci, je pense poster la suite sous peu :)
___________________/_/_/
~ J'me sens coupable d'avoir été lors d'une vie antérieure l'une de ces charmantes petites créatures qu'on rencontre au fond des bouteilles de mescal et d'en ressentir à tout jamais un sentiment mélancolique de paradis perdu ~
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Etoile Immarcescible
Modérateurs en Chef

Hors ligne

Inscrit le: 10 Sep 2011
Messages: 22 480
Féminin
Personnage Principal: Étoile Immarcescible, aka Osmose | Crépuscule |
Deuxième Personnage: Hubris Eclamée | Crépuscule |
Troisième Personnage: Nuage Flamboyant | Aube |
Quatrième Personnage: Nuage du Béhémoth | Aube |
Sixième Personnage: (MEURT BIENTÔT) Nuage Fabulé | Crépuscule |
Points de RP: 5 862
Autre(s): Baisse d'activité | période de partiels.

MessagePosté le: Sam Oct 27 2018, 21:56    Sujet du message: Les Sentiers de l'Aube Répondre en citant

Ouuuh j'ai hâte de lire ca ! J'ai commencé le début mais ca a l'air plutôt intéressant ! Je te donnerai un avis plus constructif quand j'aurai pu lire l'intégralité de ton chapitre. :'D
___________________/_/_/

Moi j'adore la race humaine avec du sel et du mezcal -
Et sans mentir timal j'suis sentimental -
Brutal en sortie mentale - L'irréel me manie mal
Apparu un jour d'hiver - Voici l'homme-animal
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Fragou
Non-RPGistes

Hors ligne

Inscrit le: 30 Nov 2012
Messages: 14 084
Localisation: Dordogne, Périgord Noir, St Léon sur Bled
Féminin
Points de RP: 1 385

MessagePosté le: Sam Oct 27 2018, 22:25    Sujet du message: Les Sentiers de l'Aube Répondre en citant

Coucou, merci à toi :)
J'ai tendance à écrire des pavés, c'est vrai... si vous préférez que je distingue plus les paragraphes, les dialogues... vous pouvez me le faire savoir ^^
___________________/_/_/
~ J'me sens coupable d'avoir été lors d'une vie antérieure l'une de ces charmantes petites créatures qu'on rencontre au fond des bouteilles de mescal et d'en ressentir à tout jamais un sentiment mélancolique de paradis perdu ~
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Nuage de Fougère
Modérateurs

Hors ligne

Inscrit le: 30 Déc 2011
Messages: 16 756
Localisation: Vous avez de grandes chances de me trouver sur le fow :3
Féminin
Personnage Principal: Nuage de Fougère ♂ (Nuit)
Deuxième Personnage: Nuage d'Aiguille ♀ (Crépuscule)
Points de RP: 641

MessagePosté le: Dim Oct 28 2018, 10:00    Sujet du message: Les Sentiers de l'Aube Répondre en citant

Oh et bien ça me flatte :3
J’hésite moi même à repprendre mes histories, je sais que je peux compter sur toi en lectrice :,)
En tout cas j’ai hâte de voir la suite de la tienne :3
___________________/_/_/
Revenir en haut
Fragou
Non-RPGistes

Hors ligne

Inscrit le: 30 Nov 2012
Messages: 14 084
Localisation: Dordogne, Périgord Noir, St Léon sur Bled
Féminin
Points de RP: 1 385

MessagePosté le: Dim Oct 28 2018, 10:26    Sujet du message: Les Sentiers de l'Aube Répondre en citant

De rien x') 
C'est sûr que tu peux me compter comme lectrice <3 Merci :') Je vais essayer de prendre un peu d'avance avant de poster ^^ Si tu as des suggestions à me faire au niveau de la présentation (éviter les pavés, liste de personnages...) Je suis preneuse :)
___________________/_/_/
~ J'me sens coupable d'avoir été lors d'une vie antérieure l'une de ces charmantes petites créatures qu'on rencontre au fond des bouteilles de mescal et d'en ressentir à tout jamais un sentiment mélancolique de paradis perdu ~
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Pluie de Givre
Clan de l'Aube

Hors ligne

Inscrit le: 27 Déc 2017
Messages: 4 393
Féminin
Personnage Principal: Pluie de Givre |A|
Deuxième Personnage: Hermine d'Argent |A|
Troisième Personnage: Effraie Dorée |N|
Quatrième Personnage: Arolle Astral |N|
Sixième Personnage: Nuage Ensablé |N|
Septième Personnage: Nuage d'une Nymphe |A|
Huitième Personnage: Lierre |S|
Neuvième Personnage: Nuage Obscur |C|
Points de RP: 5 419
Autre(s): Première inscription le 26/09/12

MessagePosté le: Mer Déc 5 2018, 17:37    Sujet du message: Les Sentiers de l'Aube Répondre en citant

Bon, depuis le temps que je me dis qu'il faut que je lise ce chapitre, je suis contente de m'y être décidée. Nouvelle histoire de Fragou !


La première chose qui m'a marqué, c'est à quel point cette histoire, ou ce début en tout cas, me paraît bien plus sombre que tes dernières Chroniques. L'ambiance est bien géré, je trouve qu'on s'immerge facilement dans ce premier chapitre. Peut-être un peu court de mon point de vue, je l'aurais plutôt placé en tant que Prologue, mais c'est sans savoir ce que tu as prévu pour la suite :3


Au final, je trouve que tu as bien fait des paragraphes, mais comme il n'y a aucun saut de ligne significatif, ça rend ce côté pavé. Autre chose qui m'a un peu dérangé, mais c'est surtout ma propre manière de mettre en scène mes écrits, c'est de la description qui se colle au dialogue. Ce que je veux dire par là, c'est qu'on a une réponse d'un personnage et juste après ce que, sauf si j'ai mal comprit, je vois comme des détails et que j'aurais donc mis après. Je sais pas si je suis très claire, mais dans l'ensemble, j'aime beaucoup !


Pour ce qui est d'une liste, à toi de voir pour le coup : si tu nous introduit beaucoup de personnages d'un coup, un petit récapitulatif peut être le bienvenue, sinon je pense qu'on arrivera sans trop de problèmes à les différencier :)
___________________/_/_/

Revenir en haut
Âme Vagabonde
Clan de l'Aube

Hors ligne

Inscrit le: 10 Sep 2011
Messages: 24 506
Féminin
Points de RP: 134

MessagePosté le: Ven Déc 7 2018, 08:16    Sujet du message: Les Sentiers de l'Aube Répondre en citant

Salut !
J'ai lu ton chapitre donc je vais prendre le temps de laisser un petit commentaire ;)

J'aime beaucoup ce premier chapitre, moi qui n'ai pas forcément l'habitude de te lire. Le dialogue rend ce début très vivant et attractif, et de jolies descriptions sont présentes mais pas en trop grand nombre. Ton texte est plutôt bien aéré mais les retours à la ligne ne sont pas très logiques parfois (peut-être en as-tu oublié ?) par exemple dans "_ Normal, je suis mort. Fit-il avec un haussement d'épaules. Une douleur vint chatouiller le ventre de la jeune femme, et elle croisa les bras sur sa poitrine. Ses sanglots moururent dans sa gorge." j'aurais séparé le dialogue et la description en mettant un retour à la ligne entre "[...] elle croisa les bras sur sa poitrine." et "Une douleur [...]". Je ne sais pas si c'est ce que voulait dire Symphi ^^"

Les paragraphes ne me gênent pas personnellement, tant qu'ils ne font pas cinquante lignes et qu'ils ne sont pas là pour décorer dans l'histoire :) Hâte de lire la suite !
___________________/_/_/
Il se pencha vers lui et dit : « Ta capacité à surmonter la difficulté quand ça se corsera sera dix fois plus puissante que de simplement sourire en faisant comme si tout allait bien. »
Revenir en haut
Fragou
Non-RPGistes

Hors ligne

Inscrit le: 30 Nov 2012
Messages: 14 084
Localisation: Dordogne, Périgord Noir, St Léon sur Bled
Féminin
Points de RP: 1 385

MessagePosté le: Sam Déc 8 2018, 16:16    Sujet du message: Les Sentiers de l'Aube Répondre en citant

Coucou :)


Merci de ton commentaire, j'en prendrai compte pour aérer mes prochains chapitres... La suite est en cour d'écriture, mais je dois admettre que je suis dans une phase assez peu productive en ce moment... Le prochain chapitre risque donc de tarder, je préfère me garder une longueur d'avance en matière d'écriture :')
___________________/_/_/
~ J'me sens coupable d'avoir été lors d'une vie antérieure l'une de ces charmantes petites créatures qu'on rencontre au fond des bouteilles de mescal et d'en ressentir à tout jamais un sentiment mélancolique de paradis perdu ~
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 07:41    Sujet du message: Les Sentiers de l'Aube

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LA GUERRE DES CLANS : Le Forum des Passionnés Index du Forum -> Ma Guerre des Clans -> Histoires Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template zenGarden created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com