LA GUERRE DES CLANS : Le Forum des Passionnés Index du Forum
LA GUERRE DES CLANS : Le Forum des Passionnés Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Nos Partenaires
 
 

TopSites : Cliquez pour voter !
 
top site velusia
 
Galerie de textes et poésies ♥

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LA GUERRE DES CLANS : Le Forum des Passionnés Index du Forum -> Ma Guerre des Clans -> Histoires -> Galeries de Textes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Chant du Renard
Clan du Crépuscule

Hors ligne

Inscrit le: 01 Mai 2014
Messages: 2 894
Localisation: Et Muguette me dit alors; cet été, je serais Meurthe-et-Moselle.
Masculin
Personnage Principal: Chant du Renard ♂- clan du Soir
Points de RP: 48
Autre(s): Viiiieeeens sur mon fooow

MessagePosté le: Sam Jan 20 2018, 21:17    Sujet du message: Galerie de textes et poésies ♥ Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?

 
 
 
 
 
 





https://www.youtube.com/watch?v=vhhJb-GVUdE










Bonjour/bonsoir ! J'écrit sur wattpad depuis un moment, et j'aimerais partager les textes que j'y met avec vous :) mon compte → https://www.wattpad.com/user/milolacroix19 
Donc j'y met des suites de poèmes, des OS (One Shot) et d'autres petites choses. Certains poèmes peuvent être à caractère sexuels, mais en général je n'écris que des sous-entendus (je vous préviendrez quand même.)


Bonne lecture ! ♥







Poèmes rédigés à une ex-petite amie, résumant deux mois du début à la fin.





J'taime comme j'ai jamais aimé.
T'as mis une pommade sur mon p'tit coeur, t'es un peu mon médicament
Même si parfois je suis qu'une coquille vide, tu viens faire pousser des fleurs dans mon corps
J'ai des marguerites trop pures qui envahissent mes poumons ma gorge et mon cerveau
Je ne suis plus qu'une jachère fleurie, nue et sauvage, dans laquelle tu t'allonges sans penser a rien, guettant la chaleur
On regarde le ciel sans savoir ce qu'on sera un jour







Je suis là
Je suis là, devant vous, je vous regardes
J'aimerais qu'on me regardes aussi mais... C'est tellement difficile de me voir, je suis invisible
Je suis juste un fantôme
Un fantôme
Mais ton silence, ton silence je le lis 
Je le bois 
Je le fais glisser sur le vent 
Il m'enivre
Ton silence c'est ma lumière







Je m'approche, mais tu fuis
Comme une étoile lointaine de mille et un rires
Tu es là mais tu es loin
J'essaie de te voir d'un peu plus près
Mais tu n'es pas là.
J'ai froid d'un coup.







Tu m'as serré dans tes bras
T'es revenue. Finalement, t'es revenue dans mon étreinte
J'tai attendue si longtemps
Assis sur les branches de l'arbre aux pendus
Contemplant la mer et le bateau de pirate
Je m'étais perdu un jour, quand tu étais partie
Mais t'es enfin revenue ma Wendy.
Neverland is home, to lost boys like me 
And lost boys like me are free.







Le ciel est gris teinté de rouge


Les lumières éclairent ton visage plein d'ombre


Une odeur de café
Des cris heureux
Du vent
Le ciel est sombre
L'air est lourd
Mais nous flottons
Car notre amour est léger
Comme une plume







Je cours dans la neige
Et je la vois
C'est moi, il y a bien longtemps
Elle est sourde aux cris de silence
Ce silence qui l'entoure
Elle est aveugle au sang immaculé
Ce sang qui s'écoule
Elle est insensible aux mains qui l'attrapent
Toutes ces mains
Elle ne sens pas cette odeur de souffre agréable
Cette odeur entêtante
Elle est seule
Elle oublie le froid
Mais elle sourit







Il y a une fin à toute histoire. Certaines sont courtes, très longues, ou alors ne durent que le temps d'un instant. 
La notre fut un jour infini. Mais désormais elle se tient sur les marches branlantes des échecs de la vie. 
Tout ce que j'ai ressenti comme souffrance, j'ai cru que jamais je ne m'en sortirais. 
Mais mes larmes parcourent mon corps et mon coeur car désormais, j'ai peur d'aimer.
J'ai peur et je suis triste. Je suis perdu. Je suis seul. Seul dans ma tête et seul dans mes décisions.
Je ne contrôle rien
Pas même mes larmes.

Le torrent de mon chagrin à lavé les fleurs que tu avais faite pousser
Désormais mon corps est vide, rempli des ronces et des bruyères sauvages
Je suis quelque chose de très fragile, trop souvent cassé et recoller.
J'ai besoin de temps.
J'ai besoin d'être loin.
J'ai besoin de ne plus aimer.











Ces contes sont des OS écrit un peu sur le pouce.





Un chat se promenais un soir, un soir de pleine lune, sur le bord d'une blanche plage.
Il chantais le ciel et les étoiles, doucement, le vent dans le pelage.
Avec trop grande guitare, il grattais les cordes, de sa jolie mélodie,
La lune curieuse du chat chanteur, de sa voix angélique, lui répondit.
Quand elle chanta à son côté, le chat sourit, et ensembles ils firent le plus beau des duos,
Le chat trouvais la lune si belle, si ronde, et la lune trouvais le chat si doué, si beau.
Elle descendit de son piédestal d'argent, fièrement, et salua le chat,
Il dansa avec elle, doucement, et amoureux il tomba.
Désormais sur la blanche plage, on entend sans arrêt
Les chansons très volages de ces amoureux qui se sont trouvés.







Dans le désert d'Amérique, en petit tout petit, existe une ville. Cette ville si riquiqui, est peuplée de reptiles; ils ont leur maison, leur pub, leur banque... Dans ce désert d'Amérique, il y a Sunrising Town.
Dans cette ville, habite Jimmy le lézard. Jimmy est jeune et curieux, il rêve chaque jour à sa fenêtre qu'un jour il partira de Sunrising Town. Jimmy observe le soleil brûlant, le désert vide, et la vie lente et paisible de sa ville. Jimmy aimerait être quelqu'un d'autre, Jimmy aimerait être ailleurs. Jimmy voudrait ne pas être Jimmy. 
Un soir, un soir où le vieux Jack Snake siffle sa chanson du couchant, un soir où le ciel est devenu orange, un soir où Jimmy joue de la guitare à l'entrée de la ville, Jimmy regarde le désert et les traces de caravane, pendant que la belle Darcy Salamander conduit sa diligence vers Pitygrew City. Alors Jimmy grimpe sans réfléchir dans la voiture, et pars avec Darcy, en jouant de sa guitare. Pitygrew city est loin, et Jimmy voit enfin le monde, il voit la forêt, la rivière, il voit les hommes et leurs troupeaux. Il arrive enfin à Pitygrew City, cette ville si grande, si immense... Il descend de la diligence et va à la gare. La il prend le train. Le voyage dure longtemps, très longtemps. Si longtemps qu'il a le temps de conter toutes les étoiles du ciel. Au bout du compte, il descend au hasard dans une gare isolée, au milieu d'une forêt. En descendant il rencontre un autre lézard, une jolie fille. Elle lui dit qu'elle s'appelle Margot, qu'elle habite dans cette contrée depuis toujours. Jimmy est amoureux, Jimmy ne veut plus quitter Margot. 
Tous deux chantent sous les étoiles, Jimmy apprend a Margot à jouer de la guitare. les mois passent, il sont très amoureux. Mais avec l'hiver, viens la neige, la neige froide et cruelle. Jimmy n'a jamais vu que le désert, et il danse sous la neige, se moquant du froid. Jimmy est curieux de l'hiver, et veut tout explorer. Mais Jimmy tombe malade, car le froid n'est pas pour lui. Margot passe de longues semaines à le garder au lit, à le soigner; mais Jimmy ne guérit pas. Le coeur de Jimmy se fige, il gèle. Margot ne peut pas le réchauffer, et Margot pleure sur son amour glacé. Margot l'amène près de la rivière qui coule en petit fil entre deux congères de neige, et elle le laisse filer sur l'eau, petit glaçon dont l'âme est partie.
La jolie Margot et son fils Jim chantent ensembles près de la rivière...
Et Jim rêve de Sunrising Town.
"All that I have is a river
The river is always my home
Lord, take me away 
For I just cannot stay
Or I'll sink in my skin and my bones"







« Out of the light of a mage's moon
'Twas not by bolt, but yet by blade
Can break the magic that the devil made
'Twas not by fire, but was forged in flame
That can drown the sorrows of a huntsman's pain » 


Je vais vous raconter une histoire; l'histoire d'une vie antérieure, d'un souvenir, d'une bribe d'image et de son. Le genre d'histoire que tout le monde à envie de croire mais que personne ne crois au final. Je veux vous raconter cette histoire parce qu'elle est ancrée au fond de ma chair, elle est gravée sur mes os. Ce n'est pas un conte, ce n'est pas une invention. C'est juste quelques souvenirs mit bout à bout. 
Fitno. Drôle de nom non ? C'est ce garçon aux ailes cristallines, aux cheveux roux et ébouriffés, aux beaux yeux verts qui faisait craquer n'importe quelle fée de sa lande. Il portait souvent des vêtements de feuilles, des kilt, et avait toujours sur lui une amulette de triskell. Au milieu de l'Ecosse, entre les forêts et les menhirs, de ce genre de peuples que seul les privilégiés peuvent voir. Fitno était un sylvain qui avait comme mauvaise habitude d'être très coureur de jupons. Il aimait changer de partenaire, dans ses élans de passions et d'amour charnel. Il avait à son bras plusieurs demoiselles, aussi fleuries que sucrées, parfumées... Certaines pensaient qu'elles étaient seule beautés à ces yeux, mais le charmeur se laissait plutôt souvent de ses conquêtes, jeunes filles plus coquettes les unes que les autres. Dans ses rares moments de solitude, après avoir quitté sa proie, il rejoignait sa meilleure amie, sa confidente; Okanz. Elle avait de long cheveux noirs et bouclés, de jolis yeux bleus, une opulente poitrine et des hanches tout à fait respectables. Bien que celle-ci, éternelle mélancolique au milieu de ses jaciones bleues, sois plu attirée par les mêmes cibles que son ami, ils leur arrivaient, dans un moment d'ennui, de pratiquer quelques joyeusetés ensembles. ils étaient fusionnels, et rien ne laissait présager une quelconque ombre sur ces années d'opulences.  

Durant un temps, Fitno avait pris l'habitude de boire plutôt régulièrement. Il s'était trouvé une bonne adresse; un leprechaun qui fabriquait du whisky à foison. Mais un soir, alors qu'ils étaient bien touchés par l'alcool, ils eurent une aventure, qui ne se termina pas vraiment sur une bonne note... Ainsi Fitno décida qu'il ne draguerait plus de gente masculine avant un moment... 

Un jour, alors qu'il voletait tranquillement dans la lande, le jeune sylvain aperçu une fée, posée sur une fleur. Elle avait le teint diaphane, les joues roses, des yeux pervenche, et une longue chevelure de boucles blondes. Des hortensias bleus et roses ornaient son doux visage, et ses lèvres rouges sang semblaient aussi fragile que les fleurs qui l'entouraient. Fitno tomba amoureux sur le champ, un coup de foudre comme il n'en avait jamais eu auparavant. Il s'envola et s'approcha de la demoiselle. Il commença à lui caresser les cheveux en lui demandant son nom, qu'elle lui refusa d'entendre. Elle tourna la tête, mais cela ne découragea pas Fitno. il l'attrapa par la taille et la regarda de ses yeux de braise. Il lui chanta son amour, sa passion, son coup de foudre. Elle tourna la tête, et le repoussa, en lui faisant remarquer qu'elle n'étais pas juste une proie et qu'il ne l'aurait pas ainsi. Le sylvain fut déçu, et tenta tant bien que mal de lui dire ce qu'il ressentait et ce qu'il était prêt à faire pour elle. Mais elle détourna le regard et s'envola la tête haute. Fitno s'en retourna dans les bras d'Okanz, pour vider son chagrin (et une bouteille par la même occasion). La fée des jaciones lui dit que ce n'étais qu'une fille parmis tant d'autre, et il lui donna raison. Mais les jours, les semaines, les mois qui suivirent furent étrange pour Fitno. Il n'avait plus goût à rien, et ne voyais plus les filles qu'il voyait avant. Il ne sortais plus, et ne cessais de penser à elle chaque secondes. Ses yeux pervenches semblaient le regarder dans son sommeil. Okanz voyait et comprenais que son ami était amoureux, et désespéré. Mais que pouvait-elle faire ? 
Quelques temps plus tard, quand la neige vint à tomber, Fitno sortit de sa maison pour aller s'aérer la tête. il avait recommencé à voir quelques fées frivoles, pour lui tenir chaud, même si son esprit était toujours occupé. Il vola longtemps entre les arbres, quand un cri de détresse l'alerta. Il fonça vers le bruit, et vis avec horreur sa blonde fée prête à se faire dévorer par un grand animal. Fitno chargea l'animal et le déconcentra. puis il attrapa la fée par la taille et l'emmena loin. il se posa sur une branche avec elle, aussi léger qu'une plume. Il lui demanda si elle allait bien, et si elle voulait du réconfort, ou juste des mots gentils. Mais elle le poussa en arrière, et lui dit ces mots: « Tu ne me mérite pas. »
Fitno fut accablé par ce qu'elle venait de lui cracher au visage. Il sentit son coeur se briser, se déchirer, se broyer dans sa poitrine. Elle l'affubla de tous les noms, et s'envola dans les branches. Fitno hurla de douleur, s'arracha les cheveux. Ses joues étaient ravagées de larmes. il rentra chez lui sous le blizzard.  

Okanz se précipita vers lui, mais il lui demanda de le laisser seul, après une longue étreinte. il rentra dans sa maison, il bu un peu. Il resta longtemps, les yeux dans le vague, allongé sur son lit. Au milieu de la nuit, il s'assit à sa table et écrit une lettre. Une lettre à "Toi que j'ai tant aimé". Il lui partagea ses sentiments, sa passion, son immense chagrin. Il la remercia pour ces simples moments de discussions. Il accrocha la lettre à son mur, et pris un couteau. Il s'allongea sur son lit, se coupa les poignets, et se laissa mourir.  

Les lumières s'éteignirent.  

Le vent se tût.  

Okanz entra dans la chambre, fut horrifiée. 

Il ne lui resta plus que ses yeux pour pleurer.












Poème à ma douce. Celle qui m'accompagne dans ma vie et dans mon esprit. ♥ (beaucoup de ces poèmes parle de relations intimes lesbienne, si t'aimes pas, tu lis pas ♥)





Je ne vois que la pluie 
Les gouttes qui perles sur ta fenêtre 
Qui se reflètent sur ton corps nu 
Je ne vois que la pluie
Tes courbes d'anges si lisses 
La douceur de ta caresse 
Les frissons de ta peau
Je ne vois que la pluie 
Tu m'éblouis de ta lumière 
Tu m'ennivre de ton odeur 
Je ne vois que la pluie
La pluie battante sur la fenêtre 
Et nos corps qui dansent sous son reflet.







En fait
Je t'aime
Tu as rempli mon coeur de nature sauvage
Tu es comme la lune, pâle et discrète, un peu silencieuse et douce
J'ai mis du temps a le savoir, a le comprendre. Tu as mis des fleurs bleues sur mes blessures, tu as empli mes plaies de lumière blanche et pure.
J'aime nos nuits, j'aime quand nos corps se mélanges, j'aime ton visage qui s'abandonne a la passion.
Tu es silencieuse et bavarde a la fois. Tu as peur parfois mais je suis la pour te rattraper... Nous sommes deux étoiles qui tourbillonnent ensembles.
Je t'aime









Chaque étoile est un petit bout d'elle,
un morceau de son esprit, de son
cœur, de sa passion, de toutes ses
chose qu'un jour elle m'a donné. Je
les gardes précieusement dans ma
boite à secret, dans mon cœur, qui
désormais a autant d'étoile que la
nuit.







Est-ce que vous avez déjà aimé ? Je veux dire, aimé au point de brûler, de se sentir jeté dans les étoiles ? Parce que c'est ce que je vis. Avec elle, elle seule, je sens mes pas qui se glissent dans un champ de roses et de lilas, avec elle je sens mes ailes qui battent frénétiquement, je sens que l'amour est tellement fort qu'il est impossible de s'en détacher. Elle est mon étoile, ma fleur; elle a déposé mille bleuets doux comme ses baisers sur tout mon corps, elle a fait glisser ses mains de soie sur mes hanches, elle m'a ouvert un monde dont je n'avais pas idée.
Elle me manques. A chaque instant où elle n'est pas dans mes bras, elle me manques. A chaque minutes où elle est loin de moi, j'ai envie de verser de chauds sanglots. Qui l'aurait deviné ? Qui aurait pu prédire pareil attachement ?
Peut être tout peut être rien. Je veux être son tout et je veux être son rien. Je veux entendre chacune de ses respirations, je veux, j'ai besoin qu'elle soit près de moi. C'est vital.





 
 
 

___________________/_/_/
Mon compte deviantart: https://fynnepan.deviantart.com/
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:54    Sujet du message: Galerie de textes et poésies ♥

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LA GUERRE DES CLANS : Le Forum des Passionnés Index du Forum -> Ma Guerre des Clans -> Histoires -> Galeries de Textes Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template zenGarden created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com